14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 06:23

http://i2.crtcdn1.net/images/ed/2012/01/11/256605.jpg

Ron Paul en campagne dans le New Hampshire, le 9 janvier dernier (Photo Getty Images)


 

Ron Paul ne remportera pas l'investiture du Parti républicain en 2012. Mais il ne faut pas s'y tromper : le libertarien n'entend pas laisser le champ libre au nominé qui sera choisi par les militants au printemps. Pour ce faire, Paul entend remporter suffisamment de délégués pour peser sur la convention républicaine d'août 2012, qui investira officiellement le candidat qui affrontera Barack Obama. Et ainsi faire intégrer quelques unes de ses idées au programme officiel du parti de l'éléphant.

 

Si l'on se fie aux chiffres, Mitt Romney et Ron Paul ont tous deux autant de chances de décrocher l'investiture républicaine ; selon nos estimations - après deux Etats - le premier posséderait 13 délégués, le second 9... Sur 1144 nécessaires pour l'emporter. Mais Romney se trouve dans un fauteuil grâce à ses deux victoires d'entrée de jeu, un fait inédit dans l'histoire des primaires modernes (depuis 1980).

 

Surtout, Paul fait figure d'électron libre au sein du Parti républicain. Son soutien lui vient uniquement d'électeurs déçus par l'establishment. En dépit de l'impopularité supposée du leader Romney, ses positions libertariennes lui vaudront, tôt ou tard, la désaffection des membres les plus conservateurs du parti. Par exemple, si l'on imagine que tous les candidats à la primaire décident de jeter l'éponge, laissant Ron Paul et Mitt Romney seuls candidats, alors nul doute que même en dépit de leurs amères rivalités, des hommes comme Rick Santorum et Newt Gingrich se rangeraient derrière Mitt Romney.


Ron Paul ne peut pas envisager la victoire, même s'il dispose sans doute de suffisamment de ressources financières pour tenir la distance et aller au bout des primaires. En 2011, il s’est classé deuxième derrière Romney en matière de levée de fonds, avec un pactole de plus de 22 millions de dollars. Samedi, il a organisé une moneybomb, sorte de « téléthon » téléphonique, dont certaines sources estiment la récolte à plus d'un million de dollars.


De plus, Ron Paul utilise son argent avec beaucoup de parcimonie, en renforçant, Etat par Etat, l’organisation héritée de sa première campagne présidentielle de 2008. Il possède par exemple des bureaux dans le Dakota du Nord, le Kansas et le Missouri, entre autres. Le placement de ces Etats dans le calendrier des primaires montre bien où se trouvent les intentions de Paul. Bien que son équipe se défende d’adopter un tel raisonnement, sa stratégie est d’accumuler les délégués, sans pour autant avoir l’espoir d’atteindre le chiffre magique de 1144, qui ouvre les portes du haut du ticket républicain à la convention.


Un exemple très clair pour illustrer cette stratégie : Ron Paul ne fera pas campagne en Floride, un grand Etat qui coûte très cher et qui n’attribue de délégués qu’au candidat qui y remporte le plus de voix (winner takes all). Son staff a annoncé vouloir se tourner, immédiatement après la Caroline du Sud, vers les caucus de février, des scrutins qui pèsent moins lourd en termes de représentation, mais dans lesquels il est plus facile de remporter des délégués.


Ainsi, la stratégie de Ron Paul, axée sur le nombre de délégués plutôt que sur la victoire dans les Etats, a été comparée à celle de Barack Obama en 2008. Il est vrai, l’ancien sénateur de l’Illinois avait très tôt annoncé que sa campagne raisonnerait en ces termes, mais uniquement pour diminuer les attentes du public et la pression autour de sa candidature. En creux, Barack Obama a toujours été là pour gagner, car il avait clairement les moyens d’y parvenir – un raisonnement et un constat qui ne s’appliquent absolument pas à Ron Paul en 2012.


Comme rappelé auparavant, ses idées libertariennes ne pourront triompher d’un parti d’establishment comme le GOP. Mais difficile d’ignorer le soutien à Ron Paul, très important dans ces primaires. Preuve en est, comparé à 2008, Paul a gagné 11% de voix supplémentaires en Iowa et 16% dans le New Hampshire. Une candidature indépendante à l’élection générale de sa part aurait donc sans aucun doute un très bon potentiel.


Mais l’intéressé a, à plusieurs reprises, repoussé l’idée d’un revers de main. La dernière fois il y a quelques jours, quand il a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de se lancer dans une candidature pour un parti tiers à l'élection générale. Son intense implication dans les primaires républicaines est un signe irréfutable que le représentant du Texas au Congrès a l’intention de jouer selon les règles républicaines.


En 2008 déjà, il avait été le dernier à résister, jusqu’au bout, à l’investiture de John McCain. Paul avait officiellement renoncé en juin, alors que le sénateur de l'Arizona avait suffisamment de délégués depuis début mars pour s’assurer de porter le projet républicain lors de l’élection générale. L’influence de son mouvement, imprimée sur la durée, avait été considérable : les origines du Tea Party remontent directement à la campagne de Paul en 2008. Mais institutionnellement, il n’en reste rien aujourd’hui : après avoir brillé lors des élections de mi-mandat de 2010, la mouvance ultraconservatrice n’est pas rentrée en force dans l'appareil du parti.


Les primaires de 2012 sont très révélatrices à cet égard. Les militants du Tea Party sont dispersés sur tout le spectre idéologique du parti de l’éléphant, représentés chacun par un candidat. La victoire attendue de Mitt Romney, un de ses éléments modérés, est à percevoir comme l’échec ultime de la mise en orbite institutionnelle du Tea Party.


Ron Paul espère donc, cette fois, en amassant le plus de délégués possibles, peser sur les institutions. Il est donc bien moins question de la victoire finale que d’une dernière impulsion voulue par un libertarien qui se retirera de la vie politique à la fin de l’année : en 2011, il a annoncé qu'il ne se représenterait pas pour un nouveau mandat de deux ans au Congrès.


Pour prendre la suite, son successeur est tout trouvé : Rand Paul, son fils, sénateur du Kentucky depuis janvier 2011, est déjà vu comme un grand espoir de la scène politique nationale pour les années à venir. Si Barack Obama devait être réélu en novembre, on entendra encore parler des idées libertariennes du Tea Party lors des primaires de 2016 ; c’est au fond, tout ce que souhaite Ron Paul.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article

commentaires