26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 09:16

http://weaselzippers.us/wp-content/uploads/2011/09/Christie-Obama-1.jpg 

Barack Obama accueilli par Christie dans le New Jersey, le 7 septembre 2011.

 

 

Avec la perte de vitesse - momentanée, sans doute - du gouverneur du Texas Rick Perry, leader dans les sondages depuis six semaines, se pose la question de l'entrée d'un nouveau candidat dans la bataille. Ce dernier pourrait être le très populaire gouverneur du New Jersey, Chris Christie, qui a pourtant, à plusieurs reprises au cours de l'année, déclaré qu'il n'était pas intéressé par la Maison Blanche en 2012.

 

Elu gouverneur du 11ème Etat le plus peuplé de l'Union en 2009, Christie est un homme qui a promis aux habitants du New Jersey un franc-parler de tous les instants. Par conséquent, il s'est rendu très populaire auprès du mouvement ultraconservateur Tea Party, tout en gardant, de par son statut de gouverneur d'un Etat modéré, de nombreux soutiens au sein de l'establishment républicain. Ainsi, il apparaît comme l'homme idéal pour unifier les deux bases du parti de l'éléphant et espérer battre Obama en novembre 2012.

 

De fait, si Christie se lançait dans les jours à venir, il aurait les moyens de réunir un large trésor de guerre dans le Nord-Est des Etats-Unis, une terre promise par défaut à Mitt Romney. De quoi faire une forte impression et prendre très vite la tête dans les sondages contre un Perry à la dérive, miné par une préparation bien trop hâtive.

 

Seulement, ce qui est valable pour le gouverneur du Texas l'est aussi pour pour celui du New Jersey. Avec trois débats présidentiels dans les livres, le champ des candidats semble fixé. Il paraît difficile, du moins sur le long terme, pour n'importe quel prétendant de s'insérer entre Perry et Romney. Les deux hommes polarisent actuellement les débats, en proposant deux visions radicalement opposées du parti républicain. En vérité, Christie, en se lançant aussi tard, a encore plus de chances que Perry de voir sa candidature tomber à l'eau après un départ fulgurant, comme ce fut le cas du général démocrate Wesley Clark en 2003 et de l'ancien sénateur républicain Fred Thompson en 2007.

 

La question de l'argent est cruciale lors des courses présidentielles. C'est un élément certes intéressant pour Christie sur le court terme, mais avec trois trimestres de levée de fonds écoulés depuis janvier, il y a fort à parier qu'il ne puisse jamais rattraper Perry et, à plus forte raison, Mitt Romney. Avec une fortune personnelle estimée à 200 millions de dollars, l'ancien gouverneur du Massachusetts a la possibilité de signer des chèques de son propre compte en banque à tout moment.

 

Gageons donc que Christie ne s'engagera pas pour 2012. Le coeur ne semble pas y être puisque l'intéressé a souvent répété qu'il n'irait pas. En revanche, faire monter les enchères au cours des prochains jours pour une éventuelle candidature, ou à tout le moins un soutien officiel peut lui être très utile en vue de 2016. Pour s'assurer du bien-fondé de cette approche, il suffit de jeter un oeil à la présence de Sarah Palin dans les médias depuis 2009...

 


Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 09:20

http://www.washingtonpost.com/rf/image_606w/2010-2019/WashingtonPost/2011/09/23/National-Politics/Images/Republican_Debate_0e2b6.jpg

Phelan M. Ebenhack / AP

 

 

Au cours du troisième débat en quinze jours pour les républicains, Perry a montré de sévères lacunes en matière de politique étrangère. Surtout, le ton de sa voix, sa façon de s'exprimer, ainsi que ses maladresses rhétoriques ne rapellent que trop le plus mauvais président de l'histoire selon les historiens, à savoir George W. Bush.

 

Lorsque le modérateur du débat de jeudi soir, Bret Baier, teste Perry en lui demandant ce qu'il ferait, en tant que président des Etats-Unis, s'il recevait un appel à trois heures du matin l'informant que le Pakistan avait laissé des armes nucléaires tomber entre les mains des Talibans, le gouverneur du Texas répond qu'il "renforcerait l'entente de l'Amérique avec l'Inde" (voir ici). Une réponse maladroite qui a suscité beaucoup d'incompréhension. Son écho dans les médias est toujours vif quarante-huit heures après le débat, qui a de sucroît été le plus suivi de l'année.

 

Plus significatif encore, la tentative d'attaque de Perry contre Romney et son passé de "girouette" ("flip-flopper") sur de nombreuses positions idéologiques fut un désastre. Après de longues secondes de bégaiement, le natif de Paint Creek est difficilement parvenu à retomber sur ses pattes. Et Romney de répondre : "Bien essayé" (voir vidéo ici).

 

Ce matin, Steve Deace, un animateur de radio en Iowa penchant pour le gouverneur du Texas a déclaré que Romney "n'a jamais eu l'air aussi présidentiel que quand il se trouve à côté de Perry". Pour le candidat mormon, l'objectif est d'assimiler autant que possible son concurrent à l'ancien président Bush. En effet, Perry jouit encore d'une popularité relative parmi les républicains de l'establishment, d'essence plus modérée que les Tea Party. C'est ce qui lui donne actuellement sa très courte avance dans les sondages nationaux.

 

Seulement, Romney peut compter sur le soutien de la majorité des anciens membres de l'administration Bush, car ils sont restés en très mauvais termes avec Perry. L'équation est la suivante : critiquer l'administration Bush au travers de Perry sans s'en aliéner l'appui ?

 

Il est impossible d'attendre des démocrates une quelconque aide. Romney pourrait espérer, par exemple, que le Comité national démocrate diffuse des vidéos assimilant Perry et Bush dans le but de récupérer l'électorat centrsite qui plombe la cote de popularité d'Obama. Mais un tel mouvement serait maladroit de la part du parti de l'âne, qui ne ferait que simplifier la tâche à Romney dans la primaire. A la clé, le risque d'affronter l'an prochain son plus sérieux rival pour la Maison-Blanche. Un récent sondage a montré que Romney dominait le président par sept points dans l'Etat crucial de la Floride.

 

En vérité, la seule chose à faire pour Romney est d'attendre que le bateau Perry coule. Pour cela, le pilonner d'attaques, débat après débat, est la bonne solution. Les portions de l'électorat modéré du parti de l'éléphant ne tarderont pas à délaisser le gouverneur du Texas car il n'ont aucune intention de revivre une présidence Bush. Seulement, Romney ne se pressera pas non plus, car il est conscient que la place de leader actuellement détenue par Perry est un cadeau empoisonné. En un mot : l'ancien gouverneur du Massachusetts, longtemps favori avant l'entrée de son rival texan, est en embuscade.

 

 

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 13:22

http://www.latimes.com/media/photo/2011-09/64953768.jpg

Scott Audette/Reuters

 

Dans la course à deux têtes qui oppose Mitt Romney à Rick Perry pour la nomination républicaine, le débat d’hier soir à Orlando (FL) possédait une importance particulière. Tout d'abord, il se situe dans le "Sunshine State", qui votera en cinquième position en janvier 2012. De par sa position chronologique, c'est un Etat qu'il faut remporter. De plus, la confrontation d’hier soir arrive juste avant le "Presidency 5 Straw Poll", le "vote pour du beurre" de samedi, mais surtout quelques jours avant la fin du troisième trimestre de levée de fonds. C'était une belle occasion pour les deux favoris de briller et de récolter quelques précieuses donations qui pourront faire la différence.


Donner un vainqueur à un débat n’est jamais une chose aisée. Pour Chris Cilizza, du Washington Post, et Doyle McManus, du Los Angeles Times, Romney émerge comme le gagnant, tandis que le réseau Fox News, qui organisait le débat avec Google, semble pencher du côté de Perry. Cependant, dans le cadre de ce qui était la troisième confrontation en quinze jours entre prétendants républicains, la dynamique est clairement du côté de Romney. Il s’exprime de façon claire, possède le « look présidentiel » que le TIME Magazine lui prête avec raison, et surtout, il esquive avec brio les attaques de ses adversaires. Par exemple, lorsque Perry a tenté, hier soir, d’enclencher une attaque contre les changements de positions de Romney (sur l’avortement, l’immigration, les droits homosexuels, etc.) Romney se contente de répondre : « Bien essayé ». Et l’ancien gouverneur du Massachusetts de lancer une boutade provoquant les éclats de rire de l’audience.


Le retour en force de Romney dans les débats n’a rien d’étonnant, puisque Perry subit toute la pression qui incombe au favori des sondages nationaux, trop souvent érigé par erreur comme faisant la course en tête. C’est une aubaine pour son adversaire mormon, qui n’a pas à retenir ses coups. En tant que favori présumé, Perry n’a pas à signer de performance éclatante, simplement à parer les attaques et se mettre à l’abri. Seulement, il n’en a pas l’occasion, puisque tous les candidats, de Romney à Paul, en passant par Bachmann et Santorum, s’en prennent à lui. Ainsi, le Texan est apparu fragilisé au cours des trois débats, parce que ses positions sont trop peu claires pour être défendables.


Par exemple, après l'évocation par Perry des termes de "chaîne de Ponzi" et de "mensonge monstrueux" pour désigner le système de sécurité sociale américain, ses adversaires ne l’ont pas laissé s’en tirer sans quelques égratignures. En effet, le "Sunshine State" possède le deuxième taux de retraités des Etats-Unis. Par ailleurs, son soutien à un programme universitaire destiné à accorder aux enfants d’immigrés illégaux une exonération de frais de scolarité a été remis en question. Enfin, son décret autorisant la prescription de Gardasil à des mineures texanes a encore été vivement critiqué par Bachmann, qui a perdu beaucoup de terrain depuis août.


Malgré une performance moyenne hier soir, Perry gagnera sans doute la consultation de samedi. Mais d’ores et déjà, le résultat en est biaisé car Mitt Romney et Michele Bachmann n’y participent pas activement. Avant le prochain débat, le 11 octobre dans le New Hampshire, il sera intéressant de comparer les chiffres de Perry et de Romney. Que ce soit dans les sondages ou en termes d’argent récolté, il y a fort à parier que l’écart entre les deux candidats va se resserrer. Le rapport trimestriel montrera sans doute une bonne performance financière de Perry, qui profite de l’enthousiasme des premières semaines de campagne. Quant à Romney, il profitera sans doute d’un rebond dans les sondages grâce à ses bonnes performances des trois dernières semaines.


Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:20

http://www.washingtonpost.com/rf/image_606w/2010-2019/WashingtonPost/2011/09/19/National-Politics/Images/2011-09-08T005346Z_01_LOA101_RTRIDSP_3_USA-CAMPAIGN-DEBATE.jpg?uuid=tRu3puKiEeCE9biXr7cWxg

Reuters/Dany Moloshok

 

En jouant la carte de la capacité à battre Barack Obama, Mitt Romney dépend de la performance du président dans les sondages : plus ce dernier sera fort, plus Romney aura de chances de remporter la primaire républicaine.

Contre l’impétueux Rick Perry, Romney a jeté son dévolu sur l’élection générale de novembre 2012 : il essaye de convaincre les républicains que ce qui compte, ce n’est pas de gagner la primaire, mais bien de battre Barack Obama. Plusieurs sondages ont montré, au cours des derniers mois, que les républicains préfèreraient donner l’investiture à quelqu’un qui peut mettre fin à la présidence d’Obama plutôt qu’à quelqu’un dont les idées collent parfaitement avec les leurs.

L’entrée de Perry dans le combat des primaires, à la mi-août, a changé la donne pour Romney. Cependant, depuis un mois et demi, le gouverneur du Texas accumule les gaffes et autres remarques erronées. Et Romney de suggérer en boucle que Rick Perry n’est pas capable de battre le camp démocrate en novembre 2012.

Seulement, cet argument perd de sa valeur aussitôt que les chiffres du président déclinent dans les sondages. Ils confortent Perry en ce sens que, sait-on jamais, n’importe quel républicain pourrait l’emporter contre Obama. Or, la cote de popularité de ce dernier ne cesse de décliner, si bien que dans l’esprit des électeurs républicains, Perry pourrait être le nominé idéal : solidement conservateur, de fortes attaches avec le Tea Party et surtout, la capacité de s’emparer de la Maison-Blanche.

 

De tout cela il n’est pour l’instant rien. Romney est toujours le seul à devancer Obama dans les sondages. Le gouverneur du Texas serait à coup sûr battu par le président, car un sondage Gallup a récemment montré qu’il ne s’approche pas à moins de cinq points du locataire de la Maison-Blanche. Les récentes déclarations de Perry sur Israël s’ajoutent aux preuves de son manque de connaissance de l’actualité. Les électeurs indépendants, qui boudent actuellement le président et entament ses performances dans les sondages, reviendraient très vite dans le giron démocrate de 2008 si Perry était le nominé républicain.

Avec deux discours sur l’emploi en une semaine, Obama montre qu’il est déterminé à soigner sa cote de popularité déclinante. Il s’agit pour lui de récupérer le cœur des hispaniques, des Juifs et des même des noirs, trois fractions de sa coalition de 2008 qui lui tournent le dos depuis plusieurs semaines. Au cours des dix derniers jours, le président a tenu trois meetings consacrés à chacune de ces parts de son l’électorat.

Par conséquent, il y a des raisons de croire que la cote d’Obama va remonter. Son action, ainsi que celle de Perry, commence à résonner dans les oreilles des indépendants. Ce qui fait grandement les affaires de Romney.

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:19

http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/imagecache/home_hero_rotator_main/hero_feature/hero_image/hero_afpak-review_PS-0308.jpg            Alors que l’accord entre républicains et démocrates sur le prolongement des baisses d’impôts de l’ère Bush devrait officiellement être voté ce weekend, l’aile ‘liberal’ du parti démocrate peste contre le président, qui, selon eux, a abandonné toutes ses promesses progressistes de 2008. Certains vont même, parmi les observateurs, jusqu’à contester sa renomination pour la présidentielle de 2012.

           

            On l’a compris, le président américain semble être sur la voie de la collaboration avec les républicains, qui verront leur assise s’affirmer en janvier, lorsqu’ils prendront officiellement le contrôle de la Chambre des Représentants. Pour l’heure, le problème d’Obama semble être davantage la frange la plus centriste des démocrates que les républicains eux-mêmes, puisque le parti du président contrôle aujourd’hui toutes les branches du gouvernement1. On devrait plutôt reprocher à Obama de ne pas avoir convaincu la poignée de sénateurs qui n’ont pas voté la fin des baisses d’impôts que d’avoir trouvé un compromis avec les républicains.

            En effet, si l’on y regarde de plus près, l’agenda du dernier mois du 111ème Congrès a été surchargé par le président, qui compte tenter de profiter de sa majorité pour faire passer le nouveau traité START, le DREAM Act, voire l’abolition légale du ‘Don’t ask, don’t tell’ dans l’armée. Pour espérer réussir sur ces trois dossiers – à boucler en trois semaines – il faut convaincre, non pas les républicains, qui voteront dans tous les cas contre, mais l’aile centriste du parti démocrate, fiscalement libérale, mais socialement plus progressiste. Cela fait déjà deux projets sur trois. Pour ce qui est du « New START », le président pourra compter sur une poignée de sénateurs républicains qui le soutiendront2, mais qui lui auraient sans doute tourné le dos s’il n’avait pas accepté l’accord sur les allègements fiscaux.

            Ainsi, si le clan progressiste ne cesse actuellement de demander un challenger à Obama pour 2012, il pourrait revoir sa copie à la fin du mois, si jamais le président devait arriver à ses fins. Les ‘liberals’ pourraient revenir à la charge en 2011, en fonction de l’attitude qu’Obama adoptera envers un Congrès divisé entre républicains à la Chambre et démocrates au Sénat.

            Quand bien même, les sondages montrent qu’Obama est actuellement à un niveau de popularité supérieur à celui de Clinton et Reagan au moment des ‘midterms’ de leur premier mandat. Les deux hommes furent réélus très confortablement3. Un challenger à Obama pour les primaires est idéologiquement une bonne solution, politiquement une mauvaise. Parmi les quatre derniers présidents ‘one-termers’ (Bush Sr., Carter, Ford et Johnson), tous avaient eu à face faire à des primaires. Proposer un challenger affecte ainsi la base du parti et augmente l’abstention générale, et les statistiques montrent que cette dernière est toujours plus favorable aux Républicains4.

 

            Obama doit donc faire en sorte, à très court-terme, de soigner sa droite. Et quand bien même, à moyen-long-terme, collaborer de la sorte avec les républicains ne peut lui être que nuisible, il aura gouverné en tentant d’obtenir « le moins pire » au sein d’un Congrès où les mesures volontairement bipartisanes ne sont plus d’actualité. Il sera bien temps pour lui de durcir ses positions, quand le cycle pour l’élection de 2012 sera plus avancé et que la pression des républicains sur la Maison-Blanche se fera davantage sentir.

 


1- Les Républicains ont toujours la possibilité de bloquer les démocrates au Sénat via la flibuste, mais ces derniers possèdent une nette majorité (59 Sénateurs incluant deux indépendants).

2- Cf. l’article du Washington Independent du 30 mars dernier : « How many votes can Dick Lugar command ? »

3- 49,2% pour Clinton dans une course à trois en 1996, 58,8% pour Reagan en 1984.

 4- En moyenne, les électeurs républicains se déplacent pour 83% des scrutins, contre 78% pour les démocrates (Source : 2004 American National Election Study).

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Présidence
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:18

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ-ui3R2KRK-nFE1dRLzdCfd3nyxpA2SvOxgiu6HY668fUHnqBJPqYmKohj            Avec la perte de la Chambre des Représentants, Obama a le choix entre la collaboration avec les Républicains et la défense de ses réformes (santé, finance, environnement, entre autres) qui, contradictoirement, figuraient toutes deux dans son programme de 2008. Le consensus, bien loin d’être une utopie électorale, est de moins en moins bien toléré par le Congrès. Pour le président, l’enjeu est donc de taille, à deux ans d’une élection présidentielle souvent influencée par le résultat des ‘midterms’ précédentes.

 

            A première vue, il semble que le parti présidentiel, à la Chambre, se recroqueville : le camp démocrate ne souhaite visiblement pas se renouveler, puisque ses trois figures principales (Pelosi, Hoyer et Clyburn), qui vont toutes vers leurs 71 ans, ont été conservées à leur poste. Au-delà de l’inquiétude que suscite déjà l’absence de figures notables au sein de la nouvelle génération démocrate, cette tendance révèle que, les pertes étant à dénombrer essentiellement parmi les centristes, le clan ‘liberal’ est en position de force. Son leader, Nancy Pelosi, qui devra céder le Speakership à John Boehner le 3 janvier, était de facto intouchable étant donné sa capacité à lever des fonds pour les candidats démocrates1.

            Côté républicain, on ne montre guère d’impatience à collaborer avec le président, tant les deux leaders principaux, Boehner à la Chambre et McConnell au Sénat, ont clairement souligné leur volonté de mettre des bâtons dans les roues d’Obama2. Comme en 1995, le G.O.P. fait un retour en force au Congrès, bien que dans une moindre mesure3. Cela fait craindre à Obama une présidence similaire à celle de Bill Clinton, qui avait dû gouverner six ans avec deux chambres républicaines. A en juger par la popularité actuelle de l’ancien gouverneur de l’Arkansas, celui-ci n’en s’en sera pas trop mal sorti, gouvernant à coups de veto dans un contexte économique favorable. Ainsi, les élections de mi-mandat de 1994 ne l’avaient pas empêché de remporter aisément un second mandat deux années plus tard.

            La situation actuelle amènera sans doute Obama à adopter la même posture défiante que Clinton, abandonnant ses promesses de bipartisme. Le quarante-deuxième président n’avait pas cédé un pouce aux revendications républicaines4, et bien lui en a pris. L’espoir subsiste de voir des consensus émerger, comme le prouve les discussions actuelles relatives au taux d’imposition des classes moyennes. Pourtant, sur le long terme, il y a fort à parier que les accords seront rares sur les sujets majeurs, entre deux partis de plus en plus idéologiquement fracturés. Il y a quelques décennies déjà, le président Truman s’était appuyé sur sa collaboration avec un Congrès républicain pour assurer sa réélection. Cette stratégie lui était permise par le contexte politique international et les positions proches des deux partis sur des sujets sociaux clés. Avec le G.O.P. qui va actuellement jusqu’à tenter de bloquer la ratification du nouveau traité START, pourtant capital pour le pays, les promesses de bipartisme d’Obama s’envolent.

            Au-delà d’un objectif de campagne intelligemment mis en pratique début 2009 (conserver Robert Gates à la Défense, notamment), le bipartisme est en mauvaise posture. Socialement, les droits civiques des années 1960 et l’ascension de la droite chrétienne des années 2000 rendent tout consensus très difficile. Economiquement, ce sont le New Deal et les « Reaganomics » qui ont contribué à diviser profondément les deux groupes, au sein d’un pays aujourd’hui fracturé. En dépit de la volonté de fer affichée en 2008, Obama ne peut, seul, inverser cette tendance.

            Au sein d’un régime qui requiert de la souplesse du fait de sa non-séparation des pouvoirs, les accords ne se feront sans doute que sur des enjeux mineurs, pendant que la régulation financière demeure insuffisante, la réforme de la santé menacée, et les normes environnementales inexistantes. Ne pouvant lutter contre la fracture idéologique entre républicains et démocrates, Obama doit penser à 2012 et adoptera sans doute à grand regret la même posture que Clinton, à défaut de pouvoir prendre celle de Truman. Cela reste dommageable, étant donné qu’il est acquis que sa réélection dépend bien plus de la personnalité républicaine qu’il affrontera dans deux ans que des lois qu’il fera passer5. Quoi qu’il en soit, l’application de son programme sera officiellement devenue impossible après le 3 janvier 2011.

 

             Le résultat des ‘midterms’ rapidement éclipsé, le président devra batailler ferme pour conserver sa majorité au Sénat dans deux ans : le parti démocrate devra défendre 21 sièges, tandis que les républicains n’auront à se soucier que de dix sièges. Sans compter que, les renversements brusques à la Chambre étant rares dans l’histoire6, la majorité que possède le G.O.P. (la plus large depuis 1938) devrait lui permettre de priver durablement les démocrates du contrôle du gouvernement, si Obama venait à être réélu en 2012.


 


1- Nancy Pelosi, Représentante du 8ème district de Californie, possède la troisième fortune du 111ème Congrès.

2- Mitch McConnell, le 4 novembre dernier : “Our top political priority over the next two years should be to deny President Obama a second term in office”.

3- En janvier 1995, les Républicains s’étaient emparés des deux chambres du Congrès.

4- En 2007, il a déclaré aux dirigeants démocrates, évoquant sa propre expérience "If you can't get a dollar and you can get a dime, take a dime every time".

5- Le 22 novembre dernier, un sondage Quinnipiac a montré qu’Obama s’inclinerait face à Mitt Romney (45% contre 44%), tandis qu’il battrait aisément Sarah Palin (48% contre 40%).

6- Depuis 1855, la Chambre des Représentants change de camp tous les dix ans environ, contre 8 ans au Sénat. Depuis 1949, les chiffres sont de 21 ans à la Chambre, et 7 ans au Sénat.

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Présidence
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:17

http://usdailyreview.com/wp-content/uploads/2011/09/GOP-Logo.jpg            

A trois semaines des élections de mi-mandat, Barack Obama voit ses espoirs d’un basculement moindre du Congrès s’accroître, sans que pour autant la victoire ne pointe à l’horizon. Or, il est vital que les démocrates enregistrent le plus petit écart possible avec les républicains, et ce, dans les deux chambres, dans la perspective de la présidentielle de 2012. Mais il apparaît plus essentiel encore que les républicains endiguent la montée des forces ultra-conservatrices, qui semblent avoir le vent en poupe.

 

            Le mouvement Tea Party discrédite plus qu’autre chose le G.O.P. On peut envisager qu’un minimum de Tea Partiers entre un Congrès, grâce à un électorat modéré mobilisé à la fois contre les démocrates, mais également contre la marginalisation de leur propre parti – qui, à coup sûr, les attend au tournant en cas d’avancées significatives des acolytes de Sarah Palin, qui en est l’incontestable figure de proue.

            Si cela devait néanmoins arriver, on pourrait se diriger, pour la première fois depuis 1972, vers une « présidentielle à trois candidats »1, avec l’ancienne gouverneur de l’Alaska dans le rôle du trouble-fête. Les modérés sont conscients qu’une telle éventualité ruinerait leurs chances dans deux ans, en termes de voix, contre le président sortant. D’où l’espoir de voir minimisé le nombre de Tea Partiers entrant au Congrès, au profit du centre-droit.

            En effet, c’est à ce doute actuel parmi les Républicains, plus qu’à autre chose, que les démocrates doivent leur remontée dans les sondages. N’en déplaise aux sources – plus ou moins sûres – du Guardian, il n’est pas vraiment dans le style du président américain de raviver la flamme du terrorisme dans le but de gagner des voix2. Par cela, il ne ferait sans doute que faire gagner des voix aux Républicains, et notamment au mouvement Tea Party.

            Et quand bien même on pourrait penser que la Maison Blanche voudrait décrédibiliser la droite en vue de 2012, le meilleur calcul reste tout de même de limiter les pertes en 2010, quitte à gouverner plus au centre, mais a minima, faire passer des projets de loi bipartisans, qui au fil des années se font de plus en plus rares. Le meilleur moyen, pour les Républicains, à la fois de concurrencer Obama en 2012, et de se débarrasser des Tea Party, est de redorer leur blason en participant à des projets comme, par exemple, la loi sur le réchauffement climatique, qui avec celle sur la régulation financière, s’annonce comme l’objectif majeur des deux années à venir.

            On ne peut qu’espérer, en définitive, une contre-performance des Tea Partiers, puisqu’elle ferait l’affaire des modérés du G.O.P., et qu’en sus, elle limiterait, pour les démocrates, le raz-de-marée républicain annoncé au Congrès. A l’inverse, il a y fort à parier qu’une entrée remarquée du mouvement ultra-conservateur au Capitole ouvrira une autoroute aux démocrates en 2012 ; sans remonter aux cas Roosevelt (1934) et Reagan (1982), les élections de mi-mandat de 1994 ont rappelé le prix qu’une radicalisation lors des scrutins partiels pouvait coûter à la présidentielle suivante3.

 

            Les démocrates, quelque soit le cas de figure, ne sont certainement pas les plus en danger en ce mois de novembre, du moins à moyen-long terme. Il s’agit bien du futur du parti républicain, déjà bien changé depuis Lincoln, qui est en jeu, le prochain scrutin s’avançant comme le baromètre des forces conservatrices pour les années à venir.

1- On entend par « présidentielle à trois candidats » un scrutin lors duquel le collège électoral distribue ses voix à trois candidats de trois partis différents. En 1972, le libertarien John Hospers avait remporté le suffrage – mineur - d’un membre du collège électoral. Il faut cependant remonter à 1968 pour voir une présidentielle disputée entre trois candidats, le trublion George Wallace remportant 46 Grands Electeurs face à Nixon et Humphrey.

2- La semaine dernière, un diplomate pakistanais a confié au quotidien britannique qu’Obama tentait actuellement de médiatiser la menace terroriste en vue des élections.

3- Mis en difficulté par la perte, deux ans plus tôt, des deux chambres du Congrès au profit de républicains alors très conservateurs emmenés par le Speaker Newt Gingrich, le président sortant Bill Clinton s’était imposé sans coup férir en 1996 face à Bob Dole.

 

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Congrès
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:16

  http://www.wired.com/images/article/full/2008/09/kennedy_nikon_debate_630px.jpg

 

Au matin du 27 septembre 1960, le sénateur démocrate du Massachussetts, John Fitzgerald Kennedy, était annoncé « gagnant » du premier débat politique télévisé de l’histoire. Il avait fait montre, la veille, de son habileté oratoire lors de la confrontation – entrée dans la légende désormais – l’ayant opposé au républicain Richard Nixon dans la course à la 35ème présidence des Etats-Unis. Outre-Atlantique ou ailleurs, cette soirée a inauguré une nouvelle ère dans la façon de faire de la politique, en cette deuxième moitié du XXème siècle marquée par l’avènement des médias.

 

Des détails pour l’histoire… Et pour la télévision. En effet, comment expliquer que simplement du fait de la couleur de sa cravate1, Jack Kennedy ait fait meilleure impression que Nixon ? Ajoutez à cela une barbe matinalement rasée et un air nerveux, et voilà le démocrate déclaré vainqueur du débat. Pourtant, parce que ces éléments sont imperceptibles à la radio, les auditeurs furent, bien plus que les spectateurs, davantage séduits par les arguments du candidat républicain. Désormais, la façon de se tenir en face d’une caméra de télévision allait compter, et pour longtemps.

En 1960, plus de 65 millions de téléspectateurs (sur 170 millions d’Américains) avaient regardé le débat, et nul doute que la performance télévisuelle des candidats a joué sur le choix des électeurs… Pourtant, ce n’est qu’avec 60.000 bulletins frauduleux chicagoans que Kennedy a pu parvenir à la Maison-Blanche ! Et bien que l’audimat soit très variable depuis ce premier débat présidentiel2, peut-être du fait de la présence de confrontations à thèmes, cela est compensé par la presse - écrite, radiophonique ou télévisuelle – qui relaye, commente et discute à foison les « petites phrases », souvent faiseuses de roi. Gerald Ford ou Dan Quayle pourraient en témoigner…

Avec la montée en puissance des médias, le cap des débats télévisés est, pour les candidats, à franchir avec un seul mot d’ordre : pas de bourde. Il s’agit aujourd’hui de « bien passer » à la télévision, plutôt que de tenter de se distinguer du point de vue des idées et des propositions. De fait, tout est souvent réglé avant le débat, puisque les candidats connaissent le programme de leur adversaire et savent les points à privilégier pour se mettre en position de briller. La confrontation se résume souvent à un simple spectacle télévisuel, à la limite du divertissement, à l’issue duquel le public émet un choix. Ce qui, quelques années avant Loft Story et toutes proportions gardées, placerait la politique américaine en une sorte de précurseur de la téléréalité…

On pourrait avancer l’idée qu’au lieu de se concentrer sur les phrases assassines, souvent préparées à l’avance pour humilier son adversaire3, les candidats devraient garder en réserve une, voire deux propositions très simples et très concrètes qui, au-delà de l’effet de surprise, pourraient redonner une dimension politique concrète à la confrontation. D’aucuns rétorqueront que c’est là « le charme de la politique » ; d’autres leur répondront que la politique est affaire d’idées avant d’être affaire de charme.

On peut regretter que la presse compte souvent plus sur les émotions que sur les idées pour se vendre. Au-delà de ça, on peut regretter que le choix des électeurs se fasse sur des phrases assassines qui occultent assurément le débat de fond. Toujours-est-il, ce sont des images pour la légende, des moments qui sont en bonne place dans la mémoire collective, cela en vertu de l’universalité permise par la télévision.

 

La première confrontation entre Kennedy et Nixon aura simplement inauguré une nouvelle façon de faire de la politique. Du fait du changement d’échelle sans aucun doute, le contenu intellectuel des débats télévisés n’est, depuis lors, pas privilégié. Du fait du changement d’époque, l’évolution vers la publicité semble logique. Nul doute que le président démocrate en a été, à sa manière et sans qu’il puisse en être réduit à cela, un excellent émissaire.


1- Nixon, non-informé de la couleur du studio de télévision, avait choisi ce soir-là une cravate de couleur similaire.

2 - A titre indicatif, il y eut 80 millions de téléspectateurs en 1980, 46 millions en 2000, ou encore 63 millions en 2008.

3 - Par exemple, Lloyd Bentsen a avoué avoir pensé avant le débat des candidats à la vice-présidence, en 1988, au fameux« Senator, you’re no Jack Kennedy ».

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Présidence
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 09:58

DERNIERE VIDEO : Le Débat de France 24, "Mur budgétaire contourné aux Etats-Unis", 2 janvier 2013

Le Débat de France 24, deuxième partie

MIDTERMS 2014 : DERNIERES INTERVENTIONS

Barack Obama se prépare à la cohabitation

Obama pourra-t-il gouverner avec les républicains ?

Même si on n'en connaît pas encore l'ampleur, la défaite des démocrates de Barack Obama lors des midterms de 2014 est actée. Paru dans le Huffington Post, 05-11-2014.

Pourquoi Obama va perdre les midterms

Tous les signes pointent vers une défaite du président lors des élections de mi-mandat, face à des républicains nettement battus en 2012. Paru dans le Huffington Post, 03-11-2014.

CAMPAGNE 2012 : DERNIERS ARTICLES

"Mur budgétaire" aux États-Unis : les impôts, la hantise des républicains

http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/4571356964537.jpg

La situation que vivent actuellement les Etats-Unis avec ce "mur budgétaire" imminent s'apparente à un jeu de rôle absolument fascinant. Pour bien la comprendre, il est capital de saisir que l'enjeu n'est pas tant économique que politique. Paru dans le Plus du Nouvel Observateur, 31-12-2012.

Obama réélu : ce n'est pas sa victoire, mais la défaite de Romney

http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/3471352273921.jpg

La défaite de Mitt Romney face à Barack Obama à la présidentielle américaine n'est pas uniquement conjoncturelle. Elle est aussi et surtout structurelle, eu égard à l'architecture actuelle du Parti républicain. Paru dans le Plus du Nouvel Observateur, 07-11-2012.

 

OBAMA CONTRE ROMNEY, DANS LES SONDAGES ET A LA TÉLÉVISION

http://i.cdn.turner.com/cnn/2011/POLITICS/09/04/jobs.plans/t1larg.obama.romney.gi.jpg

Sondages nationaux

Carte Vierge Sondages Novembre

Sondages Etat par Etat

http://cdn.theatlanticwire.com/img/upload/2012/07/13/Screen_Shot_2012-07-13_at_1.57.35_PM/large.png

La bataille de la pub

 

DERNIERS OUVRAGES

La Nouvelle Droite Américaine : La radicalisation du Parti républicain à l'ère du Tea Party

Couv NDA
Ce livre analyse les origines et les causes de cette situation inédite et souligne les dangers pour l’avenir même du système politique des États-Unis. Paru aux Editions Demopolis le 30 août 2012.

L'Amérique de Mitt Romney

PLAT 1

À 65 ans, Mitt Romney a la ferme intention de mettre fin à la présidence Obama pour devenir le 45e président des Etats-Unis. Paru aux Editions Demopolis, 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH
commenter cet article