3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 04:10

http://c.o0bc.com/rf/image_539o215/Boston/2011-2020/Wires/2012/10/02/Boston.com/APOnlineImages/2012-10-02/1b9cb66bc69fd91b1c0f6a706700d071.jpg

Les préparatifs ont commencé à l'Université de Denver (Colorado), lieu du premier débat présidentiel entre Mitt Romney et Barack Obama (Photo AP)

 

 

Alerte rouge dans le camp Romney. A seulement trente-cinq jours de l’élection, le candidat républicain accuse d’un retard de trois points à l’échelle nationale face au président sortant. Plus conséquent encore, Romney est sévèrement distancé dans les Etats-clés de l’élection, à savoir l’Ohio (5 points), la Virginie (4 points) et la Floride (3 points).


Le temps presse, et le débat qui s’avance ce mercredi représente la dernière – et la meilleure – chance de Mitt Romney de remporter l’élection présidentielle américaine du 6 novembre prochain.


A Denver, dans le Colorado, Romney ne devra pas seulement rechercher à convaincre les quelques derniers électeurs indécis qui parsèment la dizaine d’Etats-clés de l’élection. Sa campagne a besoin d’un puissant électrochoc apte à faire douter les centristes et les modérés s’étant prononcés pour le changement en 2008. En d’autres termes, Romney doit impérativement « exploser Obama » ce mercredi.


Cela, le candidat républicain en est absolument conscient, lui qui, depuis la convention nationale de Tampa, a multiplié les répétitions avec ses conseillers. Rob Portman, sénateur de l’Ohio, joue depuis août le rôle du président pour le gouverneur Romney. Celui-ci a récemment déclaré : « Il est tellement bon qu’à la fin nos répétitions, j’ai envie de le faire sortir à coups de pied ! ».


Ces derniers jours, le candidat républicain a multiplié les petites phrases, en meeting et dans les interviews, pour limiter l’attente du public vis-à-vis de sa performance et ainsi s’ôter un peu de pression. « Obama est universellement acclamé pour ses qualités oratoires, et il possède une expérience conséquente dans les débats », selon Beth Myers, conseillère proche de Romney.


Pourtant, tout indique que Romney a les moyens de donner du fil à retordre au président démocrate. La primaire républicaine, forte de ses vingt débats télévisés, a donné à l’ancien gouverneur du Massachusetts la chance de travailler en profondeur l’art de la petite phrase et le sens du dramatique, armes essentielles pour séduire une audience qui pourrait s’élever à 70 millions de téléspectateurs.


Romney est dans l’obligation de créer mercredi – et à son avantage – l’un de ces moments forts qui ont fait basculer bien des élections dans le passé. Une victoire étriquée lui permettrait d’aborder sereinement le prochain débat l’opposant à Obama, le 16 octobre, mais ne lui permettrait sans doute pas de revenir suffisamment fort pour remporter l’élection présidentielle.


A l’issue de ce débat, et sauf incident de parcours majeur ou « surprise d’octobre » (« October surprise »), on saura si Obama obtiendra un second mandat le 6 novembre, ou si Romney possède encore une chance de devenir le 45e président des Etats-Unis.


La confrontation télévisée de mercredi est le premier face-à-face entre deux hommes qui se critiquent sans relâche par caméras interposées depuis des mois. Mais ce débat paraît bien plus vital pour Romney que pour Obama : plus que jamais, et sans doute pour la dernière fois de la campagne, c’est la survie politique du candidat républicain qui sera en jeu.

 

Paru dans le Huffington Post le 2 octobre 2012.

 


Pour tout savoir sur l'élection présidentielle américaine de 2012
 
 
PLAT 1 Couv NDA

L'Amérique de Mitt Romney, la seule biographie en français sur l'adversaire du président Barack Obama. 

La Nouvelle Droite Américaine : La radicalisation du Parti républicain à l'ère du Tea Party, à paraître chez Demopolis le 30 août prochain.

 Retrouvez La Quatrième Voie sur Facebook et Twitter Logo-FB.jpg twitter-bird-white-on-blue


Partager cet article

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans 2012
commenter cet article

commentaires