10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:54

http://www.washingtonpost.com/rf/image_606w/WashingtonPost/Content/Production/Blogs/ezra-klein/Images/124002725.jpg

 

 

Mardi soir à Hanover (NH) se tiendra le quatrième débat républicain en un mois. Les huit prétendants républicains à la présidence s'affronteront sur le terrain de l'économie, le domaine de prédilection du favori actuel, Mitt Romney. L'ancien gouverneur du Massachusetts sera de nouveau au coeur de l'attention et devra, pour la première fois depuis août, se mettre sur la défensive. En effet, l'ancien leader des sondages Rick Perry ne manquera pas de l'attaquer pour récupérer les faveurs des électeurs républicains.

 

 

Les renoncements de Chris Christie et de Sarah Palin, la semaine dernière, ne vont pas tarder à se répercuter dans les sondages nationaux et on devrait voir Mitt Romney atteindre, pour la première fois en 2011, le seuil symbolique du tiers d'électeurs en sa faveur. De bonnes nouvelles pour l'ancien homme d'affaires ? Pas forcément. En effet, Romney s'est révélé très combatif dans la position de challenger de Perry, au cours des trois premiers débats. Mais il reste à savoir s'il pourra résister à la pression de ses sept opposants, qui vont tout faire pour déboulonner la marche vers la nomination que l'ancien gouverneur du Massachusetts semble avoir entamée. 

 

A moins de 90 jours du début des primaires, en Iowa et dans le New Hampshire, Romney a besoin de consilider sa base de supporters, qui apparaît quelque peu fragile. Les électeurs républicains sont encore une majorité à considérer le candidat mormon comme une "girouette", un "RINO" (Republican In Name Only) ou un simple opportuniste. Sa stratégie, ce soir, consistera sans doute à marteler qu'il est le candidat le mieux placé pour battre Obama, ce que les sondages ont largement confirmé au cours des derniers mois.

Face à lui, Perry doit absolument montrer plus de prestance et de solidité rhétorique. Lors des trois premiers débats, les électeurs républicains ont constaté à quel point sa candidature était mal préparée. L'avancement des primaires confirme maintenant que Perry n'avait aucune conscience qu'il était rentré en course bien trop tard. A son avantage se trouve une passion non-démentie, qu'il devra simplement utiliser à bon escient pour déséquilibrer Romney, impérial lors des trois premières joutes.

 

Quant à Herman Cain, il aura l'occasion de se mettre en avant, et pourquoi pas, s'insérer dans la hiérarchie de tête en écartant définitivement Michele Bachmann. Depuis sa victoire au P5 Straw Poll de Floride, un scrutin consultatif, le mois dernier, l'ancien PDG de Godfather's Pizza ont sa cote de popularité augmenter de façon significative. Il s'agit désormais de savoir s'il s'agit là d'un simple feu de paille, ou du début d'un véritable phénomène.

Pour ce qui est des autres candidats, ils peuvent ôter quelques points dans les sondages à Romney, qui est à domicile dans le New Hampshire, mais également à Cain ou à Perry. L'impact de Santorum, par exemple, sur l'avance que Perry comptait encore récemment, a été important pour diminuer le soutien au gouverneur du Texas. 

 

 

Ce quatrième débat présidentiel républicain augure une nouvelle étape de la campagne. Il s'agit de la période où Romney pourrait tout perdre, s'écroulant sous les assuats de ses adversaires. A l'inverse, l'ancien homme d'affaires pourrait marquer des points importants qui lui donneraient un début d'option sur la nomination. Mais dans les deux cas, il n'aura pas une soirée tranquille.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article

commentaires