22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:20

http://www.washingtonpost.com/rf/image_606w/2010-2019/WashingtonPost/2011/09/19/National-Politics/Images/2011-09-08T005346Z_01_LOA101_RTRIDSP_3_USA-CAMPAIGN-DEBATE.jpg?uuid=tRu3puKiEeCE9biXr7cWxg

Reuters/Dany Moloshok

 

En jouant la carte de la capacité à battre Barack Obama, Mitt Romney dépend de la performance du président dans les sondages : plus ce dernier sera fort, plus Romney aura de chances de remporter la primaire républicaine.

Contre l’impétueux Rick Perry, Romney a jeté son dévolu sur l’élection générale de novembre 2012 : il essaye de convaincre les républicains que ce qui compte, ce n’est pas de gagner la primaire, mais bien de battre Barack Obama. Plusieurs sondages ont montré, au cours des derniers mois, que les républicains préfèreraient donner l’investiture à quelqu’un qui peut mettre fin à la présidence d’Obama plutôt qu’à quelqu’un dont les idées collent parfaitement avec les leurs.

L’entrée de Perry dans le combat des primaires, à la mi-août, a changé la donne pour Romney. Cependant, depuis un mois et demi, le gouverneur du Texas accumule les gaffes et autres remarques erronées. Et Romney de suggérer en boucle que Rick Perry n’est pas capable de battre le camp démocrate en novembre 2012.

Seulement, cet argument perd de sa valeur aussitôt que les chiffres du président déclinent dans les sondages. Ils confortent Perry en ce sens que, sait-on jamais, n’importe quel républicain pourrait l’emporter contre Obama. Or, la cote de popularité de ce dernier ne cesse de décliner, si bien que dans l’esprit des électeurs républicains, Perry pourrait être le nominé idéal : solidement conservateur, de fortes attaches avec le Tea Party et surtout, la capacité de s’emparer de la Maison-Blanche.

 

De tout cela il n’est pour l’instant rien. Romney est toujours le seul à devancer Obama dans les sondages. Le gouverneur du Texas serait à coup sûr battu par le président, car un sondage Gallup a récemment montré qu’il ne s’approche pas à moins de cinq points du locataire de la Maison-Blanche. Les récentes déclarations de Perry sur Israël s’ajoutent aux preuves de son manque de connaissance de l’actualité. Les électeurs indépendants, qui boudent actuellement le président et entament ses performances dans les sondages, reviendraient très vite dans le giron démocrate de 2008 si Perry était le nominé républicain.

Avec deux discours sur l’emploi en une semaine, Obama montre qu’il est déterminé à soigner sa cote de popularité déclinante. Il s’agit pour lui de récupérer le cœur des hispaniques, des Juifs et des même des noirs, trois fractions de sa coalition de 2008 qui lui tournent le dos depuis plusieurs semaines. Au cours des dix derniers jours, le président a tenu trois meetings consacrés à chacune de ces parts de son l’électorat.

Par conséquent, il y a des raisons de croire que la cote d’Obama va remonter. Son action, ainsi que celle de Perry, commence à résonner dans les oreilles des indépendants. Ce qui fait grandement les affaires de Romney.

Partager cet article

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article

commentaires