9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 08:44

http://images.politico.com/global/news/111208_mitt_romney_lede8_ap.jpg

Hier, l'équipe de campagne de Romney a lancé sa contre-offensive contre Newt Gingrich, dans laquelle les spots télévisés vont jouer un rôle majeur (Photo AP)

 

 

Avec en toile de fond la soudaine montée de Newt Gingrich dans les sondages, propre à menacer la voie royale promise à Mitt Romney, le sprint final vers les caucus de l'Iowa (3 janvier 2012) est entamé. Pour tenter de faire la différence auprès des électeurs au cours des prochains jours, les candidats investissent massivement dans des spots de campagne, diffusés à la télévision dans le "Hawkeye State" ainsi que sur Internet. Petit tour d'horizon.

 

Restore Our Future, une "super PAC" au service de Mitt Romney, a annoncé hier avoir acheté du temps à la télévision en Iowa pour un montant de 3,1 millions de dollars, un record pour cette campagne des primaires. Leur premier spot, "Now You See The Problem", s'attaque à Barack Obama et commencera à être diffusé dès aujourd'hui.

 

 

Le mouvement initié par la "super PAC" de Romney est coordonné avec les attaques lancées hier matin par deux de ses soutiens, John Sununu et Jim Talent, contre l'ancien Speaker Newt Gingrich. Respectivement ancien gouverneur du New Hampshire et ancien sénateur du Missouri, Sununu et Talent ont remis en question les qualités de leadership de Gingrich, dans un constraste avec Romney. Avant la fin de la semaine, Restore Our Future devrait lancer son second clip sur les ondes iowannes, avec cette fois pour objectif majeur d'attaquer frontalement Gingrich sur le terrain de l'économie. Le spot d'une minute est déjà disponible sur Internet pour anticiper le débat capital de demain soir à Des Moines (IA).

 

 

 

Romney passe à l'attaque contre Gingrich, et il assisté indirectement par Ron Paul. Lui aussi a lancé, la semaine dernière, une publicité très ingénieuse s'en prenant à l'ancien Speaker. Intitulée "Hypocrisy", elle évoque le passé controversé de Gingrich à Washington dans le but de le faire passer pour un "insider" ("candidat du système") et s'attirer le soutien de la droite la plus extrême. Chaque pourcent gagné par Paul dans les sondages est une bonne nouvelle pour Romney, le représentant du Texas entaillant la base conservatrice qui soutient actuellement Gingrich.

 

 

 

Tout aussi conscient que Ron Paul de l'extrême fluidité de la course à la nomination, Rick Perry a investi massivement en Iowa pour tenter d'y créer la surprise. Même si son soutien stagne dans les sondages, il tente lui aussi de séduire la frange conservatrice du Parti républicain, ce qui fait les bonnes affaires de Romney. Dans son spot "Repeal", il s'en prend aggressivement à Romney et Gingrich en les associant à la réforme de la santé du président Obama.

 

 

Enfin, du côté de Gingrich, la tactique adoptée est celle de "l'adulte dans la pièce" : l'ancien Speaker a répété hier son souhait de concentrer ses attaques sur le président Obama, plutôt que sur ses concurrents républicains. Son camp mise sur le fait que toute campagne négative finira par se retourner contre ceux qui l'auront initiée, lui permettant de s'imposer facilement le 3 janvier prochain. Son spot en Iowa, "Rebuilding the America We Love", est un cri du coeur patriotique dénué de toute attaque. Le ton y est donc complètement différent de celui adopté par Ron Paul, par exemple.

 

 

En voulant s'élever au-dessus des débats, Gingrich se prive de la possibilité de répondre aux attaques de ses adversaires. Il compte sur ses qualités de débatteur hors-pair pour faire définitivement la différence dans l'esprit des électeurs républicains de l'Iowa. Les joutes télévisées prévues demain et jeudi 15 décembre entre les six candidats les plus sérieux restant en lice seront donc décisives ; surtout pour Gingrich, qui ne semble pas démordre de sa volonté de tout miser sur les débats.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soufian ALSABBAGH - dans Primaires républicaines
commenter cet article

commentaires